MENU

Travailler en temps de pandémie : Témoignage de Laura Villette, représentante de ParisTech en Chine

ParisTech Chine Laura VILLETTE et Yuan Yuan SHEN

Laura Villette a pris ses fonctions à Shanghai en septembre 2019.  Plongée dans le grand bain dès son arrivée avec le recrutement des futurs élèves ingénieurs et des doctorants, elle a mis à profit la période de confinement pour resserrer les liens avec les partenaires de ParisTech en Chine et accompagner les futures recrues.

"La pandémie a bien entendu impacté notre travail : depuis fin janvier 2020, et la fermeture des campus universitaires, l’accès à notre bureau (situé au sein de l’université Tongji, à Shanghai), a été restreint : ma collègue, Yuan Yuan Shen, peut aujourd’hui s’y rendre, moyennant une autorisation à chaque déplacement, mais je ne peux pas encore le faire.

L’enseignement supérieur a été, et reste, l’un des secteurs les plus impactés par la crise. ParisTech n’y échappe pas. Nous recrutons tous les ans des étudiants chinois pour nos cycles ingénieur (recrutement coordonné, dit 9+9 en Chine), et des doctorants (ParisTech – CSC PhD program). Pour ce faire, nous organisons annuellement au printemps une mission de promotion : les directeurs des relations internationales de nos écoles viennent alors en Chine présenter les programmes de recrutement ParisTech et leurs écoles, rencontrent nos universités partenaires.

Le recrutement 9+9 était finalisé en janvier 2020 (pour des étudiants devant arriver à la rentrée 2020 en France), le recrutement des doctorants était en cours pendant le confinement en Chine. Pour les premiers, il a été important de garder un contact régulier, de s’assurer que malgré les nombreuses incertitudes sur la situation mondiale, leur motivation à partir en France n’était pas impactée, qu’ils pouvaient continuer à apprendre le français malgré la fermeture des Alliances Françaises, enfin, que leurs démarches pour obtention de bourse auprès du CSC (China Scholarship Council) restaient fluides.  Nous n’avons finalement que peu de désistements à ce jour, mais nous devons maintenant nous montrer rassurants sur la situation en France, et sur la possibilité de les y accueillir, ou à défaut de leur garantir une continuité pédagogique à la rentrée 2020. Nous y travaillons.
La campagne de recrutement de doctorants a quant à elle était relativement peu impactée, la plupart des démarches étant faites en ligne (entretien avec les encadrants, demandes de bourses CSC). Notre accord avec le CSC nous permet d’offrir 30 bourses : une quarantaine de demandes ont été déposées, confirmant l’attractivité de ce programme.
La mission de promotion du printemps 2020 a bien entendu été annulée. Nous avons donc réagi dès mars 2020 pour y remédier en mettant en place des outils vidéo en ligne avec des témoignages d’étudiants chinois en France et des vidéos de présentation de nos écoles et du diplôme d’ingénieur. Nous avons également participé aux webinaires mis en place par Campus France en Chine. Nous avons nous-mêmes organisé un webinaire le 20 mai 2020 qui a eu lieu simultanément dans les pays où ParisTech recrute (Argentine, Brésil, Chine, Colombie, Russie). La pandémie de COVID-19 nous aura permis d’accélérer la digitalisation de nos outils de communication, d’explorer de nouvelles façons de créer du lien. Nous pourrons pérenniser une partie de ces outils à l’avenir.


L’épidémie chinoise, devenue en mars une pandémie, nous a paradoxalement rapprochés de nos partenaires chinois. Dès février 2020, le bureau ParisTech Chine avait envoyé des mails de soutien aux directeurs des relations internationales des universités partenaires. Ces mails ont été suivis de lettres de soutien aux présidents de ces mêmes universités, envoyées par M. Christian Lerminiaux, président de ParisTech. Nous avons à notre tour reçu des messages de soutien venant de Chine quand la France est entrée en crise. Ces échanges nous ont permis de nouer ou renouer des liens, et parfois même d’engager des discussions sur de nouveaux accords.
Nos associations d’alumni ont elles aussi réagi, à travers des initiatives variées (soutien à la Croix-Rouge, achat de matériel médical pour la France). Bien avant les démarches du Gouvernement français, ParisTech a également lancé un fonds de soutien aux étudiants dont la situation financière a été mise à mal pendant la crise. Cela nous a permis d’aider plus d’une quinzaine d’étudiants à ce jour.


Aujourd’hui, la Chine sort lentement de la crise. Mais il est bien entendu trop tôt pour parler de sortie de crise : comment favoriser les échanges humains quand la plupart des frontières sont encore fermées, et que l’incertitude règne sur les conditions dans lesquelles nous serons à court et moyen termes ? Nos réflexions portent aujourd’hui sur ces questions."

 

Pour retrouver ParisTech China :

  • WeChat (scannez le QR code)

LES ÉCOLES de ParisTech